Guillaume Bottazzi ギヨーム•ボタージ «Japan, my love», Itsutsuji Gallery, 金曜日, 17. 5月 2019

La galerie Itsutsuji est heureuse de vous inviter à la 5ème exposition personnelle de l’artiste Guillaume Bottazzi.L’exposition «Japan, my love» est sobre en couleurs, composée de bleu cobalt et de turquoise sur des supports beiges et blancs. Dix huiles récentes sur toile de lin brut de 146 cm par 97 cm sont présentées à la galerie, ainsi que deux installations sur toile d’avion rétro éclairées.
« En peignant je trouve mon propre rythme, en harmonie avec les éléments qui m’entourent et les battements de mon coeur. Mes sens et mon esprit concordent, l’art est sublimation. Inspiré par le Pays du Soleil Levant mes travaux n’ont cessés d’évoluer. J’ai supprimé mes formes, j’ai enlevé des couches de peinture, j’ai enlevé le primeur qui protège la toile, je l’ai voulu simplement en lin naturel».
                                                                                                                                       Guillaume Bottazzi
Guillaume Bottazzi s'engage pour l'abstraction. Eric Kandel*, prix Nobel de physiologie-médecine en 2000, prouve que l’art abstrait est l’essence de l’art, qu’il crée une activité cognitive plus profonde que l’art figuratif. « L’art abstrait qui éloigne de la vie réelle exige une résolution active du problème. Nous recherchons instinctivement des motifs, des formes reconnaissables, des figures formelles dans l'abstraction. Cela fait travailler notre cerveau d'une manière différente, plus dure, à un niveau subconscient ». (cf : « Reductionism in art and brain science »). Des expériences** ont montrées que si l’observateur aime l’oeuvre qu’il entend ou regarde, son activité cognitive sera alors bien plus riche que s’il ne l’aime pas. Une étude scientifique*** menée par le neuroscientifique Helmut Leder, intitulée «Curved art in the real world – A psychological look at the art of Guillaume Bottazzi» prouve que ses travaux ont tendances à diminuer l’anxiété de l’observateur et à favoriser l’activité des zones du plaisir dans le cerveau.*Selon The Independent, « la décision d’inclure la culture et l’art dans l’arsenal américain a été prise dès la création de la CIA en 1947». Bien qu’Eric Kandel poursuive probablement les efforts de la CIA, ses découvertes impactent notre compréhension sur l’art.
** Expériences menées par le neuroscientifique Oliver Sacks, université de Colombia.*** Etude menée par le neuroscientifique Helmut Leder et Marcos Nadal de l’Université de Vienne qui fait suite à une recherche de 10 ans sur le cerveau et l’art.

金曜日, 17. 5月 2019, Itsutsuji Gallery, Guillaume Bottazzi ギヨーム•ボタージ «Japan, my love»

もっと面白いイベントを探します
自分のFacebookの味に基づいて、イベントの推奨を取得します。今それを入手!私は私のために適したイベントを表示今はやめろ